Le quantique : un paradoxe de la relativité ? Ces formules qui en savent plus que nous

À propos

Comment les physiciens, qui comptent pourtant parmi les scientifiques les plus durs, ont-ils pu perdre leur sens critique au point d'admettre les conséquences de la mécanique quantique aussi contraires à toute logique que la complémentarité ou la non-séparabilité ? Revenons en 1905, année où Einstein a énoncé les deux formules - E = mc2 et E = hv -, que tout le monde admet depuis un siècle. La première, issue de la relativité - une théorie réaliste et continue qui a précisé les principes de localité et de causalité -, a conduit à une nouvelle interprétation de la masse et de l'énergie. La seconde, à l'origine de la mécanique quantique - une théorie opératoire qui a introduit la discontinuité et remis en question localité et causalité -, a conduit à la discrétisation de l'énergie et au photon. Deux conceptions opposées, que la théorie des cordes est incapable de concilier. Avant de chercher une superthéorie, ne peut-on expliquer plus simplement les bizarreries quantastiques comme l'un des paradoxes de la relativité ?


Rayons : Sciences & Techniques > Sciences physiques > Physique


  • Auteur(s)

    Jean Perdijon

  • Éditeur

    Desiris

  • Distributeur

    Dod & Cie

  • Date de parution

    08/02/2014

  • EAN

    9782364030572

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    144 Pages

  • Longueur

    19 cm

  • Largeur

    17 cm

  • Épaisseur

    1 cm

  • Poids

    256 g

  • Support principal

    Grand format

Infos supplémentaires : Broché  

empty